Compte-titres, PEA ou assurance-vie : comment choisir la meilleure enveloppe fiscale pour épargner et investir en bourse ? C’est une question que nombre d’entre nous se posent lorsqu’il s’agit de placer son argent en bourse. Le PEA, le compte-titres ou l’assurance-vie présentent chacun des caractéristiques très différentes, notamment au niveau des contraintes imposées et de leur fiscalité : nous les décortiquons pour vous.

Principales différences entre PEA, compte-titres et assurance-vie

Avant d’entrer dans les détails, voici un tableau synthétisé des différences basiques à connaître entre le compte-titres, le PEA (et son petit-frère le PEA-PME) et l’assurance-vie :

 Compte-TitresPEAPEA-PMEAssurance-vie
Produits éligiblesTousActions d'entreprises européennes
ETF (toute zone géographique)
Actions de PME européennesUnités de comptes éligibles
dans votre contrat
Possibilité d'avoir plusieurs contrats

Illimité

Absence de plafond

150 000€

225 000€

Illimité

Absence de plafond

Possibilité de détenir plusieurs contrats

Oui

Non

Non

Oui

Possibilité de transférer le contrat

Oui

Oui

Oui

Non

Avantages fiscaux

Non

Flat tax 30%

Oui

à partir de 5 années de détention

Oui

à partir de 5 années de détention

Oui

à partir de 8 années de détention

Période de blocageAucuneAucune

mais clôture avec perte
d'antériorité si retrait avant 5 ans

Aucune

mais clôture avec perte
d'antériorité si retrait avant 5 ans

Aucune
Les meilleurs courtiersDEGIRO-nouveau-logo
le moins cher du marché

Ouvrir un PEA
avec Bourse Direct

Ouvrir un PEA ou un PEA-PME
avec Bforbank

la meilleure AV
pour de la gestion libre


Logo Yomoni
la meilleure AV
pour de la gestion déléguée

Maintenant que vous avez les informations indispensables sur chaque enveloppe, il est temps d’entrer dans les détails et d’analyser les avantages et les inconvénients des compte-titres, PEA, et assurances-vies.

Le compte-titres – le plus flexible pour investir en bourse

Il s’agit de l’enveloppe la plus simple pour investir en bourse, puisque contrairement à l’assurance-vie ou au PEA, le compte-titres n’a que peu de contraintes :

Quels sont les points forts du compte-titres ?

  • Possibilité d’investir sur tout type de produits financiers (actions, obligations, ETF, produits dérivés ou a effet de levier, matières premières, etc)
  • Possibilité d’avoir plusieurs comptes-titres sans aucun plafond de montant par compte titre
  • Une très grande réactivité lors du passage des ordres via son courtier puisqu’il est possible d’intervenir directement sur les marchés
  • Une grande accessibilité avec un ticket d’entrée proche de zéro et des formalités d’ouverture/fermeture simples

Quels sont les points faibles du compte titres ?

  • Une fiscalité non optimisée : dividendes, revenus et plus-values soumis à la flat tax, donc imposés à 30% chaque année (12,8% d’impôt sur le revenu et 17,2% de prélèvements sociaux), nous expliquons cela en détail dans notre article détaillé sur le compte-titres.

Comment ouvrir un compte-titre ?

Pour obtenir un compte titre, vous pouvez tout simplement en ouvrir un chez une banque (traditionnelle ou en ligne) ou chez un courtier spécialisé. Nous ne pouvons que vous conseiller de souscrire chez un établissement en ligne, qui offrira une gestion plus simple à des frais plus réduits. Notez que si vous optez pour un courtier, votre compte-titre sera logé chez une banque partenaire (ils n’ont en effet pas le droit de les détenir en direct). Par exemple, les comptes-titres ouverts chez le courtier Bourse Direct sont logés chez Crédit Agricole.

Méfiez-vous des frais pratiqués : certains établissements, généralement les banques, n’hésitent pas à facturer des frais de tenus de compte et des droits de garde qui peuvent aller jusqu’à 1% du portefeuille ! De même, les frais de courtage peuvent aller du simple au triple… Nous vous recommandons de vous tourner vers les courtiers en ligne (XTB, DEGIRO, Bourse Direct, etc.) ou les banques en ligne (BforBank, Fortuneo, Boursorama) qui proposent l’ouverture d’un compte titre et une excellente offre de courtage à des tarifs bien plus compétitifs que les acteurs traditionnels.

Le PEA – pour investir sur les actions européennes

Quels sont les points forts du PEA ?

  • Un régime fiscal avantageux : exonération d’impôt à partir de cinq ans de détention du PEA
  • L’enveloppe fiscale offrant une exonération d’impôt sur l’horizon le plus court (huit ans pour l’assurance-vie, jusqu’à la retraite pour le PER…)
  • Pas de durée de détention minimale des titres au sein du PEA, pas d’imposition tant que vous le les ressortez pas de l’enveloppe
  • Possibilité de sortir avant cinq ans si besoin de l’argent, mais sans fiscalité avantageuse
  • Contrat transférable d’un contrat à un autre sans perte de l’antériorité fiscale

Quels sont les points faibles du PEA ?

  • Seules sont éligibles les actions européennes (et quelques dérivés d’actions) ce qui entraîne une dépendance géographique à l’Union Européenne (mais cela est contournable, par exemple avec des ETF World ou Nasdaq éligibles au PEA)
  • Un profil de risque élevé : portefeuille 100% actions, mais encore une fois, des ETF diversifiés éligibles au PEA diminuent le risque
  • Des retraits partiels avant cinq ans entraînent la clôture du plan
  • Un seul PEA par personne limité à 150 000€ (225 000 pour un PEA-PME), le double pour un couple

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre article sur le PEA.

Comment ouvrir un plan d’épargne en actions ?

Un PEA peut s’ouvrir chez un courtier ou une banque. Nous vous recommandons les courtiers et les banques en ligne, qui ne facturent généralement aucun frais lié à l’ouverture et la garde du compte, contrairement aux acteurs traditionnels qui peuvent vous faire payer des droits de garde, d’entrée, de sorties… de quoi plomber votre rendement sur le long terme !

Mais ouvrir un PEA peut parfois faire peur : pas tout le monde ne se sent à l’aise avec le fait de sélectionner vos actions soi-même et d’investir seul sur les marchés ? Vous pouvez confier la gestion de votre PEA à Yomoni, un gérant nouvelle génération (appelé robo-advisor), qui a publié de belles performances de +62,9 % en cinq ans, et pour des frais limités à 1,6%/an, soit beaucoup moins cher que les acteurs traditionnels qui font de la gestion pilotée.

L’assurance-vie : le couteau suisse de l’épargne

Quels sont les points forts de l’assurance-vie ?

  • Un régime fiscal avantageux : exonération d’impôt à partir de huit ans de détention du contrat
  • Une large gamme de placements possibles (en fonction du contrat choisi) : actions, obligations, dérivés, SCPI, etc. Certaines assurances-vie proposent d’investir en ETF et non plus obligatoirement en OPCVM, ce qui réduit encore les coûts
  • Des portefeuilles pouvant aller du 100% garanti avec les fonds en euros (idéal pour son épargne de précaution) à des profils très agressifs (100% unités de compte, idéal pour faire fructifier son épargne sur le long terme)
  • Possibilité de sortir avant huit ans en étant soumis à la flat tax, ou au barème de l’impôt sur le revenu sur vous êtes en dessous de 30% de TMI : l’argent n’est donc pas bloqué (contrairement à une idée reçue répandue)

Quels sont les points faibles de l’assurance-vie ?

  • Manque de réactivité : les arbitrages doivent être demandés à l’assureur et sont donc traités à J+1, J+2 ou J+3 pour certains produits.
  • Pas le plus adapté au trading de court terme et à la détention de titres en vif
  • L’assurance-vie n’est pas transférable d’un établissement à un autre : cela signifie que si vous souhaitez en changer, vous perdez l’antériorité fiscale. Choisissez bien votre contrat !
  • Il y a parfois des frais cachés : nous vous recommandons d’investir dans une assurance-vie en ligne pour les éviter au maximum

Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre sur notre guide de l’assurance-vie.

Comment ouvrir une assurance-vie ?

Les assurances-vie sont des produits créés et gérés par des assureurs (Generali, Suravenir…) mais ce sont les banques et les sociétés de conseil en gestion de patrimoine (CGP) qui les distribuent. À titre d’exemple, les assurances-vie proposées par Boursorama, ING Direct et Monabanq sont des produits Generali, celle de Fortuneo est placée chez Survavenir. Pour ouvrir une assurance-vie, vous devrez donc vous tourner vers une banque ou un courtier.

Nous vous recommandons d’opter pour une assurance-vie 100% en ligne, car celles-ci pratiquent des tarifs bien plus bas que les contrats traditionnels : il n’y a généralement aucun frais d’entrée ou de sortie, aucun frais sur versement ou d’arbitrage, etc. Il faut dire q’en 2021, il y a de nombreuses possibilités pour s’affranchir de tous ces frais et booster sa performance simplement en choisissant un bon contrat, pourquoi s’en priver ? Comment nous l’expliquons sur notre article dédié aux frais de l’assurance-vie, même un seul pourcent économisé par an fait la différence !

En résumé : trois support d’épargne, trois usages différents

Les trois enveloppes vous paraissent intéressante et vous avez du mal à choisir ? Voici le résumé de notre comparatif :

Le compte-titres sera l’outil privilégié par les investisseurs en bourse désireux d’avoir accès à tous les marchés et types de produits. Ils seront pour cela prêt à supporter la fiscalité sur les revenus générés.

Le PEA est une bonne alternative au compte-titres pour ceux qui ne veulent pas payer l’impôt sur les plus-values (ce qui, sur des milliers d’euros, fait beaucoup de différence !). En contrepartie, ils devront se contenter d’investir sur les actions européennes ou sur des ETF Monde, et conserver leur plan cinq ans au moins sans effectuer de retrait.

L’assurance-vie est le meilleur outil pour ceux qui désirent épargner régulièrement sur des portefeuilles diversifiés à moyen ou à long terme. Ils profiteront d’un large choix de placements et d’une fiscalité avantageuse… à partir de huit ans de détention (mais l’argent n’est pas bloqué !).

Notre avis ? Les trois enveloppes se complètent, et dans notre équipe, nous possédons tous un PEA, un compte titres, et plusieurs assurances-vie ! Découvrez notre conseil pour bien profiter des trois enveloppes :

Le conseil de l’équipe JepargneEnLigne pour optimiser son investissement en bourse

Nous sommes partisans de posséder les trois enveloppes fiscales. Voici notre plan d’action:

  • Nous conseillons à tous d’ouvrir une assurance-vie ET un PEA dès 18 ans, même si c’est pour placer seulement une centaine d’euros dessus et attendre (un bon contrat ne prélève pas de frais de garde, donc cela ne vous coûtera rien). Ainsi, lorsque le temps viendra d’investir, vous aurez déjà gagné quelques années et profiterez des avantages fiscaux plus tôt !
  • Selon nous, l’assurance-vie peut être utile dès le début de la vie active pour y placer son épargne de précaution ou son épargne court terme en fonds en euros, plus rémunérateurs que les livrets classiques (l’argent peut être récupéré en trois jours sur les contrats en ligne)
  • Nous conseillons de commencer la bourse avec le PEA en investissant sur des ETF (en majorité ou même en totalité), en commençant tôt et en investissant de manière régulière pour lisser son point d’entrée : nous expliquons tout sur notre article comment bien investir en bourse
  • Le compte-titres vient en complément du PEA, si vous avez atteint le plafond, ou si vous ne souhaitez pas bloquer trop d’argent sur votre PEA avant qu’il ait cinq ans – ou encore si vous souhaitez accéder à une action étrangère qui n’est pas éligible au PEA. En dehors de ces cas de figure, nous conseillons toujours le PEA pour investir en bourse, l’avantage fiscal étant important
  • Si vous avez atteint le plafond du PEA, pensez également aux unités de compte en assurance-vie : les meilleurs contrats proposent des ETF sans frais !