Commencer à investir en bourse lorsqu’on est débutant peut être très impressionnant. Vous avez peur de franchir le pas ? Pour vous aider, voici notre guide de l’investissement boursier ! On vous apprend comment débuter sur les marchés financiers petit à petit et faire fructifier vos économies. Le domaine de la bourse n’est pas aussi compliqué qu’on peut le penser, voici tous nos conseils pour vous lancer en toute confiance !

Débuter en bourse avec Mon Petit Placement

Pour ceux qui n’ont pas le temps de lire cet article et qui ne souhaitent pas gérer eux-même leurs investissements, l’application Mon Petit Placement est tout indiquée : elle rend la bourse accessible à tous en proposant des portefeuilles conseillés. Vous avez juste à répondre à un questionnaire et choisir votre profil ! Vous pouvez ensuite investir votre argent directement sur des portefeuilles proposés par les conseillers en investissements, et suivre simplement la performance une fois par mois. La meilleure manière d’investir en bourse pour un débutant sans avoir à gérer son allocation !

Mon petit placement

Ce qu’il faut savoir avant de débuter en bourse

De nombreuses idées reçues circulent sur les marchés financiers. Beaucoup imaginent que la bourse est un domaine réservé à une élite, aux banquiers ou aux traders professionnels, quand d’autres, au contraire, l’assimilent à un casino géant. Mais en réalité, l’investissement en bourse est accessible à tous, et notre but avec cet article est de vous faire comprendre que tout épargnant gagnerait à investir en bourse.

C’est le domaine qui a engendré la plus grande croissance ces 20 dernières années, il a même fait mieux que l’immobilier ! Et cela, pour plusieurs raisons : la bourse est poussée par la croissance économique, historiquement haussière, par les bénéfices des entreprises qui se répercutent sur les actions et sur les dividendes, ainsi que par les capitaux des fonds d’investissements.

Pour que vous puissiez comparer, voici les performances annualisées des principaux placements sur les dix dernières années :

On peut donc voir que les indices boursiers (en jaune) ont largement sur-performés le reste ! Si la plupart d’entre nous imaginons le contraire, c’est par manque d’informations. Pourtant, les marchés boursiers sont présents partout. La bourse peut même être présente dans des endroits insoupçonnés : peut-être que, si un membre de votre famille a souscrit une assurance-vie pour vous ou que vous possédez une épargne salariale gérée par votre employeur, vous avez vous-même investi en bourse… sans le savoir ! Ainsi, découvrez tout de suite le vocabulaire indispensable en bourse ainsi que nos conseils pratiques pour bien débuter en bourse et comprendre son fonctionnement.

Cliquez ici si vous souhaitez passer les définitions et aller directement à la feuille de route de l’investissement en bourse.

Qu’est-ce que la bourse : explications pour les débutants

Lorsqu’on parle de la bourse en général, on désigne le lieu – virtuel – ou s’échangent des titres financiers entre différents investisseurs. Il existe différentes bourses dans les pays du monde entier : Bourse de Paris, Bourse de Francfort, de Londres, de New-York…

Il ne faut pas confondre la bourse du pays avec les indices de ces différents pays : le CAC40 par exemple, est le principal indice boursier en France, représentant les 40 plus grandes sociétés françaises cotées à la Bourse de Paris. Lorsqu’on parle du CAC40 en hausse ou en baisse, on parle donc en réalité du cours moyen de ces 40 entreprises (Total, LVMH, Sanofi, Bouygues, etc.).

Ainsi, le but des bourses est de pouvoir s’échanger les titres financiers dans des conditions de sécurité satisfaisante pour l’acheteur et le vendeur. Pour faciliter encore plus ces échanges, les particuliers doivent utiliser des intermédiaires comme des banques en ligne ou classiques, des sociétés de gestion, des courtiers en bourse ou des conseillers financiers, qui effectueront leurs ordres d’achat ou de vente.

Quels sont les différents produits en bourse disponibles ?

Si la bourse nous fait instinctivement penser aux actions, il existe en réalité de nombreux produits et valeurs mobilières qui s’échangent en bourse. Selon nous, il est nécessaire de les connaître avant de se lancer. Si vous souhaitez consultez la description du produit, cliquez sur le nom pour faire apparaître le texte :

Les actions

Les actions d’entreprises sont le principal produit vendu en bourse. Il s’agit d’un titre de propriété d’entreprise. Ainsi, en achetant une ou plusieurs actions, vous devenez propriétaire d’une petite part de l’entreprise elle-même, tout comme les autres actionnaires. Ce titre vous donne des droits : une partie des bénéfices annuels de l’entreprise, qu’on appelle les dividendes, et, en cas d’assemblée générale de l’entreprise, un droit de vote.

Les obligations

Les obligations sont des titres de dette, qui peuvent être publiques (émise par les États) ou privées (par les entreprises). Pour pouvoir en acquérir, il est nécessaire de passer par un fond spécialisé. Par exemple, les fonds en euros sont formés en très, très grande majorité par des obligations, ce qui leur permet de garantir le montant placé. En effet, au contraire des actions, les obligations sont garanties en capital et la valeur du coupon ne fluctue pas. 

Les OPCVM

Les organismes de placement collectif en valeurs mobilières sont des fonds gérés par des sociétés de gestion, et qui sont investis dans un grand nombre d’actions. C’est donc idéal si l’on ne souhaite pas choisir soi-même ses actions. Ils sont généralement basés sur un indice (le CAC 40 par exemple), une zone géographique (Monde, pays émergents, France, etc.) ou un secteur (industrie, technologie, santé, etc.). Le but est donc de battre le rendement de cet indice en effectuant des entrées et sorties favorables engendrant de la plus-value. En contrepartie, ils prennent parfois des frais de gestion et parfois d’entrée ou de sortie.

Les ETF : notre recommandation !

Les ETF ou trackers sont des fonds répliquant exactement les performances d’un indice (CAC 40, Nasdaq, S&P500, etc.), d’un panel d’actions en particulier (par exemple industries de la santé, secteur technologique, industries qui respectent les critères ESG ou les accords de Paris car les ETF Verts sont très appréciés ces dernières années) ou encore en fonction d’un secteur géographique (MSCI World, Europe, Pays Emergents, etc.). Comme les OPCVM, ils sont très pratique pour diversifier son portefeuille, mais contrairement à eux, l’indice est répliqué très exactement. Le fonds demande donc beaucoup moins de gestion, ce qui fait qu’il coûte beaucoup moins cher (pas de frais d’entrée ou de sortie, et frais de gestion minimes). Aujourd’hui, il est recommandé aux débutants d’investir via les trackers, mais nous verrons cela plus loin…

Les produits immobiliers

Des SIIC (Société d’Investissement Immobilier Cotée) sont des titres qui mêlent bourse et immobilier, puisqu’il s’agit d’actions de sociétés immobilières. Contrairement aux SCPI, elles sont accessibles sur le marché boursier, et sont connues pour verser de beaux dividendes. Elles sont utiles pour ceux qui souhaitent diversifier sans avoir besoin d’acheter de l’immobilier directement.

Les produits complexes

Il existe des produits dérivés de toutes sortes : CFD, warrants, certificats, turbos, Futures, etc. Ce sont des produits spécifiques qui permettent par exemple de bénéficier d’un effet de levier (les variations seront deux, trois, quatre fois ou plus élevées pour un levier X2, X3 ou X4), ou de parier à la baisse, et qui sont donc bien plus risqués et que nous déconseillons aux investisseurs débutants, occasionnels ou à profil prudent ou équilibré. Nous avons rédigé un article spécifique sur les CFD si cela vous intrigue.

Les choses à faire avant d’investir en bourse

Avant de vous lancer en bourse (ce qui sera le sujet de la deuxième partie de notre article), vous avons quelques recommandations pour vous :

1)    Définir son horizon de placement

Il est indispensable de savoir combien de temps vous avez devant vous pour investir. Typiquement, si votre horizon de temps long, alors, vous pourrez vous permettre de prendre plus de risques (par exemple faire du stock-picking avec une partie de votre portefeuille si vous croyez en certaines entreprises, investir sur des secteurs plus volatiles comme le Nasdaq…). Si votre horizon de placement est de moins de cinq ans, alors là, vous devrez vous limiter dans le risque et choisir des panels d’actions larges (un ETF Monde par exemple) et être vigilant en prenant rapidement vos plus-values si elles montent d’un coup.

2)    Définir le risque que l’on est prêt à prendre

Logiquement, lorsque l’on investit en bourse, on est conscient qu’il y a des risques. Ainsi, si vous n’êtes pas très à l’aise avec cela, et que vous vous décriviez plutôt comme un profil défensif ou équilibré-défensif, nous vous conseillons d’investir via une assurance-vie une partie limité de votre capital (par exemple, 30 ou 40%) dans des fonds types ETF, et le reste en fonds euro. Et pour ceux qui, en plus de cela, n’ont pas envie de s’investir dans la gestion de leur portefeuille car la bourse les effraie, nous leur conseillons la gestion pilotée : nous avons dédié un article complet au choix de la gestion sous mandat.

3)    Choisir une technique d’investissement

Il y a trois manières de gagner de l’argent en bourse :

  • Investir sur le long terme et récupérer toute la plus-value à la fin: c’est une très bonne technique selon nous pour les personnes qui ont de longues années devant elles, par exemple celles qui souhaitent investir en vue de leur retraite. Statistiquement, la bourse monte toujours si l’on a un horizon de placement de plus de huit ans. Ainsi, en plaçant tous les ans ou tous les mois la même somme, en réinvestissant les dividendes et sans retirer une partie de votre investissement, vous serez certainement largement gagnant à la fin, malgré les hauts et les bas du marché.
  • Miser sur les dividendes : c’est une technique un peu plus contestée, mais certaines personnes préfèrent s’assurer un pécule de manière régulière et n’achètent que des actions à dividendes (Total par exemple, est connue pour détacher un dividende tous les trois mois). Mais il faut noter qu’à chaque fois qu’une entreprises verse des dividendes, elle n’utilise pas cet argent pour investir dans le futur et sa croissance, c’est pourquoi tout le monde n’est pas d’accord avec cette technique.
  • Faire du « swing trading » ou de l’investissement à court terme : pour ceux qui ont du temps à consacrer aux investissements chaque semaine, ils peuvent essayer de battre le marché en faisant des achats-revente. Le but : acheter en bas, et vendre en haut. Cette technique est la plus risquée des trois, puisque même les professionnels essuient des échecs. Rappelez-vous que si c’était si simple, tout le monde le ferait ! Les personnes qui investissent à court terme s’appuient sur des analyses techniques, qui peuvent parfois être trompeuses : un mouvement de marché est toujours imprévisible. Et en cas d’achat au mauvais moment, il peut être tentant de choisir de vendre à perte pour racheter plus bas… au risque de voir l’action remonter après avoir vendu.

Bénéficiez de -30% sur les frais en passant par notre lien

Débuter en bourse : les étapes à suivre en pratique

Feuille de route pour investir en bourse pour débutant

Entrons dans le vif du sujet : comment débuter en bourse, concrètement ? Voici les étapes rapides que vous devrez suivre avant de vous lancer :

  1. Choisir l’enveloppe fiscale la plus adaptée
  2. Choisir le meilleur courtier et ouvrir un compte
  3. Choisir le type d’action à acheter (ETF, titres-vifs…)
  4. Passer ses ordres et programmer des ordres automatiques
  5. Réagir en cas de crise et savoir quand vendre

Pour vous accompagner au mieux, nous allons entrer dans le détail de chaque partie.

Les différentes enveloppes pour investir

PEA (Plan Épargne en Actions), CTO (Compte-Titres Ordinaire), PER (Plan Épargne Retraite) ou assurance-vie : vous avez certainement déjà entendu parler de ces quatre enveloppes fiscales. Et pour cause : ce sont par ces quatre moyens que vous pouvez accéder à la bourse. Deux points vous permettront de faire un choix :

  • Avez-vous besoin que votre argent reste disponible ? Le PEA est bloqué cinq ans par exemple, et le PER, jusqu’à la retraite
  • Quelle fiscalité pour vos placements vous souhaitez ? Par exemple, le CTO ne donne aucun avantage quand le PEA, l’assurance-vie et le PER offre chacun de différentes réductions d’impôt.

Il y a également d’autres détails qui entrent en compte pour choisir entre PEA, assurance-vie, compte-titres et PER, voici donc un tableau récapitulatif qui vous aidera à faire votre choix :

 Compte-titresPEAAssurance-viePER
Durée durant laquelle l’argent est bloqué

Aucune

disponibilité immédiate

5 ans

fermeture du plan en cas
de retrait anticipé

Aucune

mais aucun

avantage fiscal
avant 8 ans

Jusqu’à la retraite

mais déblocage anticipé possible
sous certaines conditions

Avantage fiscal

Aucun

Dès 5 ans,

exonération de l'impôt
sur les plus values

(soit 12,8% au total
au lieu de 30%)
Dès 8 ans,

exonération de l'impôt
sur les plus values

dans la limite de 4600€/an
(soit 12,8% au total
au lieu de 30%)

Déduction des sommes
versées du total imposable

Produit accessibles

Tous les produits

sauf fonds euro

Limitées aux actions européennes

Selon le courtier choisis

pas de produits dérivés

Selon le courtier choisis

pas de produits dérivés
Durée recommandée

Long terme ou court terme

Plus de cinq ans

Plus de huit ans

Plus de dix ans

Avantage à la succession

Aucun

Aucun

Oui

Oui

pour les PER-assurance

Aucun

pour les PER bancaire
Coût associé au produit

Aucun

chez certains courtiers,
sinon peu cher en général

Peu cher

chez certains courtiers

Entre 1 et 2%/an

selon les courtiers et le profil

Entre 1 et 2%/an

selon les courtiers et le profil
Gestion pilotée possible

Très rare

Rare

Souvent

Souvent

Sélection des meilleurs courtiers

Courtier eToro

PEA BforBank

Mon Petit Placement

PER Perlib

Quel courtier choisir ?

Le choix du courtier dépend évidemment de l’enveloppe fiscale que vous avez choisie. Il y a des courtiers que ne font que des compte-titres et pas de PEA, certains qui se sont mis au PER… Détailler tout ce qu’il faut regarder dans un courtier prendrait trop de place dans cet article, c’est pourquoi, afin de faire votre choix, nous vous recommandons nos articles spécialisés :

Et si on ne veut pas gérer ses actions soi-même ? La gestion pilotée

Les personnes qui débutent en bourse peuvent être effrayées à l’idée de devoir gérer tout un portefeuille elles-mêmes et réagir aux cours des marchés. C’est pourquoi il existe la gestion pilotée, l’idéal pour les débutants en bourse

La gestion pilotée consiste à laisser un gestionnaire s’occuper de ses investissements. Ainsi, c’est le professionnel qui choisira les fonds dans lesquels investir, qui effectuera les arbitrages… Vous n’aurez aucune décision à prendre ! Avant de signer le mandat d’arbitrage, vous répondrez à un questionnaire afin que le professionnel sache quel risque vous êtes prêt à prendre. Certains proposent même des profils prédéfinis : prudent, équilibré, audacieux, dynamique, offensif, ou encore profil 1/10, 2/10, 3/10, etc.

Mais avant de choisir un courtier en gestion pilotée, il faut bien vérifier les frais : en effet, certains en profitent pour cacher des frais un peu partout (frais d’enveloppe, frais de gestion pilotée, frais dans les fonds…), ce qui casse la performance ! Pour cela, nous vous recommandons Mon Petit Placement…

Investir en bourse avec Mon Petit Placement

Si vous souhaitez investir en bourse tout en étant conseillé par des professionnels, Mon Petit Placement est la plateforme idéale ! Elle vous permet d’investir en bourse dans des produits rémunérateurs sur une plateforme ultra-simple, tout en bénéficiant d’un accompagnement personnalisé. Comme nous l’expliquions sur notre article avis Mon Petit Placement, lorsque vous vous inscrivez sur l’application et répondez au questionnaire, elle vous proposera un exemple de portefeuille en fonction de vos objectifs et votre sensibilité au risque. Ensuite, libre à vous de choisir l’allocation ou de la changer – nous vous conseillons de suivre les recommandations des professionnels si vous êtes débutants. Vous n’avez rien d’autre à faire ensuite si ce n’est profiter de l’application pour en apprendre plus sur la bourse !

De plus, Mon Petit Placement se rémunère uniquement à la performance : si vous ne gagnez pas d’argent certains mois, vous ne paierez rien, contrairement à la majorité des autres acteurs qui prélèvent des frais annuels. La fintech favorise donc la démocratisation de l’investissement à moindre coût, ce qui ne peut que nous plaire !

Mon petit placement

En passant par notre lien ou en renseignant le code JEL30, vous bénéficiez de -30% sur les frais.

Sous quelle forme détenir ses actions ?

Maintenant que vous avez choisi votre enveloppe et votre courtier, il y a une question de taille à se poser : sous quelle forme détenir ses actions ? Nous avons vu plus haut que les titres-vifs n’étaient pas les seuls produits disponibles en bourse : il y a également les OPCVM, les ETF, les produits complexes…

Aujourd’hui, nous recommandons à tous, que ce soit les investisseurs débutants comme confirmés ou les profils prudents comme équilibrés ou dynamiques, d’investir sur des ETF.

Pourquoi investir dans des ETF ? L’avis de l’équipe JepargneEnLigne 

Les ETF regroupent trois avantages à nos yeux :

  • Ils reproduisent la bourse mondiale, donc des centaines d’actions en une fois : plus besoin de faire du stock-picking
  • Ils permettent une bonne diversification locale et sectorielle de son portefeuille
  • Ils permettent d’investir passivement et donc de ne pas être tenté de faire des achats-revente sous l’impulsivité qui peuvent nous faire perdre du rendement
  • Ils sont peu cher : entre 0,3 et 0,8% de frais annuels pour un ETF contre entre 1% et 3% pour un fonds

Comment acheter des actions quand on est débutant ?

Le passage d’ordre en bourse prend différentes formes selon l’enveloppe que vous avez choisi.

  • En PER ou assurance-vie gestion libre, vous sélectionnez les fonds, ETF ou actions que vous souhaitez au début du contrat. Le capital sera ainsi réparti entre le fonds en euros et les UC que vous avez choisi selon la proportion que vous avez décidée. Ensuite, lors des versements suivants, qu’ils soient libres ou automatiques, vous pourrez choisir de garder la même répartition ou de sélectionner de nouveaux fonds. À savoir qu’il y a toujours un délais lorsque vous effectuez des achats via ce type de contrat, vous ne contrôlez donc pas le prix auquel vous allez acheter ou vendre…
  • En compte-titres ou en PEA gestion libre, vous pouvez choisir à tout moment de faire un achat ou une vente. Il existe ainsi différents types d’ordres en bourse : l’ordre au marché, qui s’exécute instantanément peu importe le prix, l’ordre limite, qui vous assure un prix plancher… Nous avons rédigé un article en détail sur la manière d’acheter des actions et les différents types d’ordres.

Pourquoi nous recommandons des versements automatiques ?

Pour lisser votre prix d’achat et profiter des intérêts composés, nous vous conseillons de réinvestir tous les dividendes et les plus-values, et de faire es versements de manière régulière, tous les mois si possible. Pour vous encourager à épargner tous les mois, vous pouvez mettre en place des versements automatiques en début de mois, de 100€, 200€ ou plus.

Comment suivre et analyser les marchés financiers ?

Une fois que vous avez souscrit votre contrat et commencé à investir en bourse, vous devez naturellement vous intéresser un minimum à l’actualité financière, même si vous êtes en gestion pilotée ! Vous devez être au courant de la bonne ou mauvaise santé de la bourse… mais vous n’avez pas besoin non plus de faire des analyses financières, surtout si vous investissez via des ETF qui regroupent plusieurs actions.

En résumé, contrairement à beaucoup d’idées reçues, une fois que vous avez sélectionné vos ETF et investi dedans, vous n’avez plus grand chose à faire !

Nous ne vous recommandons pas non plus de retirer votre capital en cas de soupçon de crise, mais au contraire, de le laisser fructifier pendant plusieurs années, et d’effectuer simplement des versements en cas de baisse exceptionnelle de la bourse pour profiter d’un bon point d’entrée. Rappelez vous toujours que la panique est l’ennemi de l’épargnant !

Si vous souhaitez tout de même surveiller les marchés quotidiens, vous pourrez vous connecter sur votre compte le matin à 9h, et le soir à la fermeture, 17h30, tous les jours de la semaine. Quant au marché américain, il ouvre aux heures françaises à 15h30 et ferme à 22h. Néanmoins, nous ne vous recommandons pas de suivre la bourse tous les jours si vous n’êtes pas un trader actif, toutes les semaines ou tous les mois suffisent !

Quand vendre ses actions ?

Personne n’arrive jamais à acheter au plus bas et à vendre au plus haut, tout simplement car les marchés sont par nature volatiles, et que la bourse continue mécaniquement à monter : il y aura donc toujours un nouveau plus haut. Le meilleur moment pour vendre reste donc le moment où vous avez besoin de l’argent, que ce soit pour faire un achat immobilier ou profiter de votre retraite.