Les CFD sont des produits dérivés complexes dont le risque dépend beaucoup de l’usage qui en est fait. Ils permettent d’investir des actifs sans les détenir directement, par exemple des actions, matières premières, cryptomonnaies, indices ou Forex. Nous allons vous expliquer comment fonctionnent les CFD, le détail de leurs frais et les risques qui leur sont associés.

Les meilleurs courtiers pour investir en CFD

Valeurs disponibles
Frais
Information
3
17 000
+++

Qu’est-ce qu’un CFD ?

Définition d’un CFD, ou contrat de différence

Un CFD (acronyme de “contract for difference”, ou contrat de différence en français) est un instrument financier qui reproduit le cours d’un actif sous-jacent sur une période souhaitée. Il s’agit d’un produit dérivé permettant de parier sur l’évolution de la valeur d’un titre sans l’acquérir directement. Ce titre peut être une action, un indice, une matière première, une cryptomonnaie, etc.

Un contrat CFD procure certains avantages, notamment :

  • La possibilité d’accéder à une grande variété d’actions et d’instruments financiers plus ou moins complexes avec une somme limitée
  • De profiter d’un effet de levier
  • La possibilité de parier à la baisse
  • De continuer à échanger des CFD même au-delà des heures de Bourse, ces instruments ayant une cotation plus étendue

Mais les CFD ont également des inconvénients : ils peuvent être plus ou moins risqués selon l’utilisation qui en est faite (nous détaillons ce point plus bas), les frais sont assez élevés et ils ne donnent pas la possibilité d’investir en direct dans un titre, excluant de fait la perception des dividendes, coupons, etc.

La différence avec l’investissement en bourse en direct

Voici, en résumé, la différence entre l’achat d’un CFD action et l’achat d’une action en direct :

 

 CFD actionAction en direct
Propriété du titre

Non

Oui

Perception des dividendes

Non

Oui

Possibilité d'acheter une partie de l'action

Oui

Non

Effet de levier possible

Oui

Non

CotationAu-delà de l'horaire de BourseHoraire de Bourse
Frais

Coûts directs

Frais de courtage
Spread

Autres frais

Financement overnight
Frais d'emprunt

Coûts directs

Frais de courtage
Spread

Autres frais

Financement overnight
-
Sur quelle enveloppeCompte-titreCompte-titre
PEA, PEA-PME
PER
Assurance-vie

Comment fonctionnent les CFD ?

Des instruments qui permettent d’investir en bourse de manière flexible

Un CFD fonctionne comme un contrat conclu entre un investisseur et son courtier, qui stipule que sa valeur sera la différence entre le cours d’entré et le cours de fermeture d’une position choisie par l’investisseur. En cas de gain, la plus-value sera versée par le courtier à l’investisseur ; en cas de perte la moins-value se fera au profit du courtier. On peut schématiser le fonctionnement comme étant un pari que deux personnes auraient pris sur l’évolution d’un cours.

Une des particularités du CFD est qu’il est possible de se positionner en position court (short), c’est-à-dire de parier sur la baisse du titre. Dans ce cas l’investisseur réalise l’opération inverse : il vendra d’abord, puis achètera pour clôturer la position.

Enfin les CFD peuvent être échangés bien après la fermeture de la Bourse (jusqu’à 23h chez certains brokers !). Lors d’un échange hors séance, c’est le courtier lui-même qui “estime” le prix jusqu’à la prochaine ouverture de Bourse.

Le courtier prend donc également un risque ?

Non ! A chaque fois qu’un investisseur exécute un ordre, le courtier va se couvrir en réalisant l’opération inverse par le biais de futures (ou contrats à terme). Nous n’allons pas entrer dans le détail technique, sachez simplement que si vous exécutez une position Long sur un CFD action, le broker vendra un future sur cette même action. Par conséquent si le cours de l’action monte, le contrat future prendra également de la valeur : le courtier vous paiera avec l’argent qu’il aura obtenu avec le contrat à terme.

 

Le principe de l’effet de levier, un multiplicateur de gains ou de pertes

Le courtier permet à l’investisseur de profiter d’un effet de levier en lui prêtant de l’argent afin d’amplifier son investissement. Par exemple avec un effet de levier 1:2 l’investisseur peut investir 20€ en plaçant seulement 10€, le reste lui étant prêté par son broker. Il réalisera donc des gains/pertes deux fois plus importants.

En cas de perte, la position négative du portefeuille ne pourra pas dépasser un certain seuil (le taux de couverture) par rapport aux fonds propres. Si cela se produit, le courtier fera un appel de marge en demandant à l’investisseur d’alimenter son compte ou de clôturer sa position.

Un exemple concret d’un trading CFD

Imaginons que vous anticipiez une hausse de l’action Danone, qui cote à 61,09€. Elle peut s’acheter à 60,61€ et se vendre à 60,49€ (cet écart s’appelle le spread). Vous décidez d’acheter 200 CFD sur l’action Danone à 60,61€ soit une exposition de 12 122€.

Vous souhaitez bénéficier d’un effet de levier. La couverture requise sur ce genre de CFD est de 20%, mais par prudence vous préférez rester sur une couverture à 50%. Vous allez donc débourser 50% x 200 x 60,61 = 6 061€ pour une exposition totale de 12 122€

Votre anticipation a été bonne

L’action Danone a augmenté de 2%, vous décidez alors de clôturer votre position. L’action se vend à 61,71€ et s’achète à 62,91€.

Votre profit sera de (61,71-60,61) x 200 = 220 € de bénéfice, hors impôt et autres frais de courtage.

Votre anticipation n’a pas été bonne

Contre toute attente, le titre Danone de 2%. Vous aviez enregistré un stop-loss qui exécute automatiquement la vente du CFD à 59,27€.

Votre perte est de (59,27 – 60,61) x 200 = – 268€

A quoi servent les CFD ?

A faire du courtage opportuniste et bénéficier d’une grande flexibilité

Les contrats CFD permettent de parier sur les cours d’une multitude d’actifs financiers et de manière très flexible :

  • Arbitrer à la hausse ou à la baisse
  • Profiter des effets de levier pour démultiplier les gains (ou les pertes…)
  • Investir des sommes réduites sur des titres dont les prix sont ordinairement élevés (par exemple il est possible de parier 10€ sur le cours d’un titre LVMH dont il faudrait plusieurs centaines d’euros pour l’acquérir réellement)

Cette flexibilité est une porte à de nombreuses opportunités de marché. Les CFD sont intéressants pour les arbitrages de court ou moyen terme, mais ils le sont moins pour du courtage à long terme à cause de leurs frais quotidiens (nous verrons ce point plus bas). Si votre horizon de placement se compte en années, il vaut mieux investir en bourse de manière plus classique, en achetant des actions en direct.

A protéger son portefeuille grâce à la couverture (hedging)

Un CFD est également un outil permettant de couvrir son portefeuille contre des baisses anticipées de marché. Pour expliquer comment, reprenons un exemple.

Imaginons que vous ayez une action Danone dont le cours est à 65€. Les résultats de l’année s’annoncent médiocres et vous anticipez une baisse de l’action. Or vous n’avez aucune envie de la vendre, d’abord parce qu’elle fait partie de la stratégie globale de votre portefeuille et ensuite parce que vous êtes persuadé qu’elle doublera dans quelques années. Vous achetez alors un CFD en position short au cours de 65€. A l’annonce des résultats, le cours baisse à 55€ (-18%) ; à l’inverse votre CFD gagne +18%, par conséquent vous n’avez rien perdu à l’exception de quelques frais de courtage.

Les risques associés aux CFD en bourse

Comme tout produit boursier, les CFD peuvent faire gagner ou perdre de l’argent. Mais sont-ils pour autant plus risqués que d’autres instruments ?

Un niveau de risque qui dépend de l’usage qui en est fait

En achetant un CFD, vous êtes soumis au même risque que l’actif sous-jacent. En revanche, le risque sera bien plus élevé si vous optez pour :

  • L’effet de levier car il amplifie les gains et les pertes d’un investissement.
  • La vente à découvert, dans la mesure où le gain maximal est plafonné alors que la perte est théoriquement illimitée. En effet, le cours d’une action peut augmenter à l’infini (perte sur le CFD vendeur) et ne peut pas descendre en-dessous de zéro (gain sur le CFD vendeur).

Les écarts de prix entre le CFD et l’actif sous-jacent

Le risque lié à la négociation en dehors des heures de Bourse

Comme nous l’avons dit, les CFD cotent plus longtemps que leurs sous-jacents, certains vont même coter jusqu’à 24h/24 ! Lorsque la bourse est fermée, le prix du CFD est estimé par le courtier et varie en fonction des passages d’ordres des clients. Il peut alors diverger du cours de clôture de l’actif sous-jacent.

Le risque lié au décalage du passage d’ordre

Il peut y avoir quelques secondes de décalage entre le passage d’ordre et l’exécution. Or le cours du sous-jacent peut sensiblement varier à la hausse ou à la baisse pendant ce laps de temps. L’emploi d’un effet de levier peut alors démultiplier les gains ou pertes.

Ce risque est également fort quand les marchés sont calmes, par exemple en dehors des heures de bourse. En effet, s’il y a peu d’intervenants, il peu arriver qu’un seul ordre fasse décaler les prix à cause du manque de liquidité.

La conséquence des frais sur le risque de perte

Dans une moindre mesure, les frais de courtage augmentent légèrement le risque puisque l’investisseur doit performer au-delà de ces frais pour commencer à être profitable. Ce constat s’applique pour n’importe quel actif financier, et pas exclusivement aux CFD.

 

Notre avis sur les risques des CFD

Les CFD sont des produits dérivés complexes et risqués, d’autant plus si empruntez à votre courtier (effet de levier) car cela va démultiplier vos pertes et gains. Par ailleurs, il est possible de perdre plus que votre investissement de départ ! Nous vous recommandons de bien maîtriser l’investissement boursier et le marché de l’actif sous-jacent avant d’utiliser un CFD, et d’utiliser systématiquement des stop-loss pour couper vos positions en cas de perte trop importante.

 

Combien coûte un CFD ? Explication sur les frais de trading

Les frais directs : la commission de courtage et le spread

La commission de courtage

C’est le prix à payer pour l’exécution d’un ordre d’achat ou de vente. Il peut être fixe (2€ par transaction) ou variable (2% sur la valeur de la transaction, avec parfois une commission minimale.

Le spread

Le spread est l’écart entre le cours d’achat et le cours de vente d’un titre ; il fait partie de la rémunération du courtier. Par exemple : un titre cotant 10€ pour être acheté 10,1€ et vendu 9,9€. A chaque opération d’achat ou de vente, le broker récupère 10 centimes.

Moins visible que la commission de courtage, le spread peut sembler dérisoire à première vue. Mais sur de gros volumes d’échange, elle génère une source de revenu très importante pour le courtier.

Les frais de financement overnight

Ces frais, appelés frais de financement overnight, sont appliqués quand une position CFD est conservée d’un jour à l’autre. Cette commission est quotidienne et s’applique sur toute la durée de la position. Elle ne concerne donc pas une opération d’achat vente d’un même jour.

Le calcul des frais overnight dépend du courtier et de l’actif sous-jacent. Il se base généralement sur un taux de référence comme le Libor ou le tom-next.

Par exemple, le tarif overnight pour une action pourrait être la suivante : [cours de clôture x taille de l’ordre x 2,5% +/- LIBOR]/365

Ces frais de financement overnight sont faibles à première vue. Mais si on l’annualise, ils peuvent atteindre des montants astronomiques : jusqu’à 20% par an ! On se rend bien compte que les CFD sont intéressants pour des opérations de court terme, mais certainement pas pour des investissements de long terme.

Les frais d’emprunt, dits frais de couverture

Elles ne s’appliquent que pour les opérations réalisées avec un effet de levier, puisque dans ce cas c’est le courtier qui vous prête les sommes non immobilisées. Ce dernier joue bien le rôle d’une banque !

Ce prêt est rémunéré par des frais de couverture qui oscillent entre 0,5% et 1% par an selon les courtiers.

Exemple de frais d’une position CFD sur actions

Supposons qu’un investisseur investisse 3 000€ en achetant 100 contrats CFD sur l’action Saint-Gobain avec un effet de levier de 1 pour 2. Il maintient sa position pendant 7 jours et le cours de l’action se maintient à 30 euros. Son courtier applique les frais suivants :

  • Commission : 0,05% par ordre (avec un minimum de 10€ pour chaque ligne)
  • Spread de marché : 0,1
  • Frais de financement overnight : 2,5% + Libor (à 1,25% dans notre exemple)
  • Frais d’emprunt : 1%

Calculons maintenant les frais qu’il devra payer pour cette opération :

Commission du courtier = 20€ (10€ à l’achat et 10€ à la vente)

Spread du marché = 0,1 x 100 = 10€

Frais de financement overnight = nbre jours x nbre actions x cours x taux de financement = 7 x 100 x 30 x (2,5% – 1,25%) = 0,73€

Frais d’emprunt = montant emprunté x nombre de jour x taux d’emprunt = 50 x 30 x 7 x 1%/360 = 0,29€

Ainsi, les frais de courtage serait :

  • Pour une semaine de 41€, soit 1,5% au total
  • Pour un mois de 44€, soit 1,5%
  • Pour un trimestre de 53€, soit 1,8%
  • Pour une année de 93€, soit 3%

Les marchés et titres financiers accessibles

Les CFD permettent d’investir dans un grand nombre d’actifs sur les principaux marchés, notamment les marchés actions, trackers, de devises, matières premières, cryptomonnaies et indices.

MarchéCommentaire
Action

Large accès aux actions françaises et internationales

ETF

Réplication d’un panier d’action

Forex

C’est sur le marché des changes que les premiers CFD sont apparus. Ils sont très présents sur le Forex

Matières premières

Métaux précieux (or, argent, palladium), pétrole, gaz, cuivre, blé, cotton, sucre, etc.

Cryptomonnaies

Accès aux principales cryptomonnaies : Bitcoin, Ethereum, Ripple, Bitcoin Cash, Dash, etc.

Indices

Réplication des indices mondiaux : CAC40, S&P 500, Euro Stoxx 50, etc.

Autres marchés

Options, obligations, taux d’intérêt, etc.

Comment investir en CFD ?

L’investissement en CFD ne peut se faire qu’à travers un compte titre, ces contrats n’étant pas éligibles sur les autres enveloppes fiscales que sont le PEA, le PEA-PME et l’assurance-vie. Vous devez donc passer par un courtier en bourse pour ouvrir un compte-titre en vue d’investir dans les CFD. La pratique est similaire à l’investissement en action : vous disposez d’une plateforme de trading vous permettant d’acheter et de vendre des contrats au cours du marché.

Néanmoins les courtiers ne sont pas tous taillés pour proposer des CFD, notamment parce que cela nécessite de mettre en place une structure dédiée à la gestion de ces contrats. Certains comme le courtier en ligne DEGIRO ont arrêté de proposer de tels produits ; d’autres comme Bourse Direct continuent de le faire mais n’ont pas toujours un catalogue très fourni.

Il existe des courtiers spécialisés dans l’investissement en CFD qui disposent d’un vaste éventail de choix, souvent composé de plusieurs dizaines de milliers de contrats différents. Les leaders en France sont les courtiers IG, le broker polonais XTB et le spécialiste du trading social eToro.

Les meilleurs brokers CFD

etoro logo
xtb-logo
logo-IG

Description


eToro est le premier courtier à avoir développé le principe du trading social : les utilisateurs les moins expérimentés peuvent copier les arbitrages des meilleurs traders.

Description


Basé en Pologne et cotée à la Bourse de Varsovie, XTB est un leader européen du trading CFD. Il est arrivé en France en 2010 et commence à se faire un nom grâce à son offre étendue et ses tarifs compétitifs.

Description


Créé en 1974, ce courtier britannique propose l’un des plus grands catalogues de produits CFD au Monde : plus de 17 000.

Actifs disponibles


CFD
Action, ETF, Matières premières, Cryptomonnaies, Indices, Forex

Hors CFD
Aucun

Actifs disponibles


CFD
Action, ETF, Matières premières, Cryptomonnaies, Indices, Forex

Hors CFD
Action au comptant

Actifs disponibles


CFD
Action, ETF, Matières premières, Cryptomonnaies, Indices, Taux d’intérêt, Obligations

Hors CFD
Aucun

Aller plus loin


Aller plus loin


Dossier en cours de rédaction

Cette sélection provient de notre comparatif des courtiers en ligne.

Notre avis sur le trading CFD

En résumé, les CFD sont des instruments intéressants qui donnent une grande flexibilité pour investir en Bourse. Leur fonctionnement est relativement simple et peut être facilement compris par une majorité d’investisseurs.

L’inconvénient est que d’une part leur flexibilité/simplicité peut pousser des investisseurs à augmenter leurs parts de risque, et que d’autre part ils génèrent des frais quotidiens (les fameux frais de financement overnight) ce qui les rend peu adaptés aux stratégies de long terme du type « buy and hold ».

Nous pensons que les CFD conviennent principalement aux investisseurs avertis adeptes des stratégies de trading à moyen et court terme (par exemple Scalping Trading) ou à des personnes qui souhaitent se prémunir temporairement leur portefeuille d’une baisse de cours anticipée.

Mention légale

Avertissement : Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 70 et 80% des comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. 

Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque probable de perdre votre argent.

Les informations figurant sur ce site ne s’adressent pas aux résident de la Belgique et ne sont pas destinées à être diffusées ni à être utilisées par des personnes se trouvant dans un pays ou une juridiction où une telle distribution et utilisation seraient contraires à la loi ou à la réglementation locale.

En aucun cas les informations publiées sur ce site ne sauraient constituer une incitation à investir. A ce titre, les textes et images réalisées ici ne sauraient être assimilées à un service de conseil en investissements au sens de l’article L 321-1 paragraphe 5 du Code Monétaire et Financier ou de recherche en investissements, d’analyse financière ou toute autre forme de recommandation générale concernant les transactions sur instruments financiers au sens de l’article L 321-2 paragraphe 4 du même Code.