Ceux qui ont changé de banque un jour le savent : passer d’un établissement à un autre est une opération qui s’avère généralement longue et compliquée… Mais cela va peut-être changer grâce à une disposition de la Loi Macron qui est entrée en vigueur le 6 février 2017 ! Dans un contexte de montée des frais bancaires, cette loi vient donner un joli coup de pouce aux consommateurs qui veulent claquer la porte de leur banquier. Qu’est-ce qui change vraiment ? Etes-vous concerné par ce dispositif ? 

Changer de banque, un véritable parcours du combattant

Selon une étude d’UFC que choisir, c’est chaque année près de 25% des clients qui se disent insatisfaits de leur banque mais seuls 3% claquent réellement la porte de leur banquier. Ce n’est pourtant pas le choix qui manque : les banques en ligne par exemple proposent une offre d’un excellent rapport qualité/prix.

La raison de cet écart est simple : changer de banque est une opération compliquée, chronophage et surtout risquée ! En effet, vous devez contacter un à un les créanciers qui prélèvent automatiquement sur votre compte (EDF, votre opérateur mobile, etc.) ainsi que vos débiteurs (votre employeur, votre mutuelle, etc.) pour les prévenir du changement de RIB. Mais le risque est qu’en cas d’erreur ou d’oubli, l’un de vos fournisseurs prélève comme à son habitude sur l’ancien compte… et vous voilà à découvert, redevable d’agios !

Quoi de neuf avec la mobilité bancaire ?

Pour régler le problème, et dans une volonté de stimuler la concurrence entre les banques, la loi dite Macron oblige les banques, depuis le 6 février 2017, à effectuer à votre place toutes les démarches liées à votre changement de compte. Et dans un contexte de hausse des tarifs bancaires, ce joli coup de pouce est plutôt bienvenu !

En pratique, voici comment les choses se passent désormais :

1/ Donner mandat à sa nouvelle banque

En ouvrant un compte chez une banque concurrente, celle-ci devra vous proposer de s’occuper du transfert à votre place. Si vous acceptez, vous devez alors lui procurer le RIB de votre ancien compte et signer un mandat qui l’autorise à agir en votre nom.

2/ Votre nouvelle banque gère les démarches 

Votre nouvelle banque se charge de récupérer la liste de tous les prélèvements et virements récurrents de votre ancien compte sur les 13 derniers mois, de manière à identifier tous vos créanciers récurrents. Elle vérifie également l’existence de chèques non encore encaissés. Son rôle est ensuite de prévenir vos créanciers du changement de RIB. Ces derniers vous confirmerons la bonne réception de la demande.

3/ Clôturez votre ancien compte           

Le transfert de compte prend en moyenne une vingtaine de jour. Une fois que votre nouvelle banque vous indique que l’opération est terminée, vous pouvez clôturer votre ancien compte. Pour cela, il suffit d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception, ou d’utiliser un formulaire que votre ancienne banque peut vous procurer.

Toutefois, avant de clôturer votre compte, nous vous recommandons de bien vérifier que tous vos débiteurs et créanciers ont bien été prévenus. Soyez particulièrement vigilant à ceux avec qui vous n’avez pas eu de relations depuis plus de 13 mois ! Votre mutuelle par exemple : si vous n’avez pas été malade, et donc remboursé depuis plus d’un an, elle ne sera pas prévenue !

Cette loi concerne-t-elle tout le monde ?

Si cette loi concerne une majorité de particuliers, certains contrats ne peuvent cependant pas être transférés. Il peut s’agir par exemple :

  • D’un crédit immobilier avec une clause de domiciliation. En effet, cette clause vous oblige à payer les échéances auprès de la banque qui vous a prêté.
  • D’un contrat d’assurance-vie, qui n’est pas transférable d’un établissement à un autre. Le contrat pourra cependant être racheté et ré-ouvert ailleurs (bien valider l’éventuel frottement fiscal généré)

Rien ne vous empêchera cependant de créer un compte courant dans une autre banque et d’en faire votre banque principale.

Les banques en ligne sont les grandes gagnantes

Face à la montée des tarifs bancaires, un nombre croissant de clients de banques traditionnelles s’intéressent à la banque en ligne. Et la Loi Macron, en facilitant la mobilité bancaire, leur donne une raison supplémentaire de franchir le pas !

Il faut dire que les banques en ligne ont de quoi séduire :

  • Elles sont en moyenne 5 fois moins chère qu’une banque traditionnelle
  • Elles disposent d’applications dernier cri qui vous permettent de gagner en autonomie et de réaliser facilement la plupart de vos opérations courantes depuis un ordinateur ou un smartphone
  • Elles disposent d’un service client bien plus réactif que celui des banques traditionnelles
  • Elles sont aussi solides qu’une banque traditionnelle, dans la mesure où elles sont toutes des filiales de grands groupes bancaires ! Boursorama par exemple est filiale de Société Générale, Hello Bank de BNP Paribas, etc.

Nous avons passé au crible l’offre des principales banques en ligne. Voici le résultat de notre comparatif :

 

 note globaleClassementOffre promoEn savoir plusAvis détaille
mini-logo-ingdirect

8,0/10

premier-classement

80€

En savoir plus

Avis détaillé

bforbank-logo

7,8/10

130€

En savoir plus

Avis détaillé

boursorama-logo

7,4/10

80€

En savoir plus

hello-bank-logo

7,6/10

4e

80€

En savoir plus

Avis détaillé

monabanq-logo

7,4/10

5e

100 €

En savoir plus

Avis détaillé

fortuneo-logo

7,6/10

6e

80€

En savoir plus

Avis détaillé

 

Si vous souhaitez obtenir de plus amples informations, consultez notre comparatif global sur les banques en ligne :