Pour avoir une bonne santé financière, il ne suffit pas de se limiter à la maîtrise de ses dépenses et à l’accumulation de son épargne. Cela passe également par le choix judicieux et adéquat des placements d’épargne. Où faut-il placer son argent ? Dans  quelle proportion ? Quels sont les pièges à éviter ? Dans cet article, nous vous donnons des conseils pour vous aider à gérer au mieux votre épargne !

Bien gérer son argent, c’est savoir où placer son épargne

Quels sont les différents types d’épargne ?

Rappelons que l’épargne est la partie de votre revenu qui n’est pas dépensée. Il existe 3 principales formes d’épargne :

L’épargne de précaution

L’épargne de précaution est une réserve destinée à faire face aux dépenses imprévues (frais médicaux, accident de voiture, etc.), ce qui vous éviterai de contracter un crédit à la consommation ou de puiser dans vos placements long terme dont le déblocage peut être difficile voire coûteux. Ce matelas de sécurité doit donc être disponible à tout moment.

L’épargne de projet

Il s’agit d’une épargne à moyen / long terme destinée à financer un projet futur : acquisition d’un appartement, d’une voiture, etc. Cette épargne est peu (voire pas du tout) risquée, et propose un rendement généralement plus élevé que l’épargne de précaution. Toutefois, les fonds ne sont pas toujours disponibles immédiatement.

L’épargne de placement

L’épargne de placement est surtout destinée à être fructifié sur le long terme, en contrepartie d’un risque plus élevé. Il s’agit par exemple des placements boursiers ou des investissements immobiliers…

Nos conseils pour bien choisir les placements financiers

Une bonne gestion de son épargne est fondamentale pour avoir une bonne santé financière. Voici quelques points que nous vous recommandons de suivre :

1/ Segmentez judicieusement votre épargne et choisissez le placement adéquat

L’épargne de précaution devrait vous être constitué en priorité ! Une épargne de précaution équivalent à 3 – 6 mois de salaire nous parait convenable.

Notre conseil : optez pour le livret d’épargne (voir paragraphe explicatif)

L’épargne de projet dépend naturellement de vos ambitions. Si vous souhaitez devenir propriétaire d’un bien immobilier le plus rapidement possible, il serait judicieux d’y placer la quasi-totalité de votre épargne moyen/long terme. Autrement, nous pourrions vous conseiller de placer 80%-60%, et de dynamiser le reste avec l’épargne de placement.

Notre conseil : placez votre argent sur un fonds euro sans risque et des supports financiers profilés « prudent » en fonction de votre profil de risque. L’assurance-vie est l’outil le mieux adapté pour cela (voir paragraphe explicatif)

L’épargne de placement est là pour dynamiser et diversifier ce qui vous reste !

Notre conseil : optez pour la Bourse, les SCPI ou encore le crowdlending (voir paragraphe explicatif)

2/ Pour l’épargne de moyen/long terme, optez pour l’assurance-vie

L’assurance-vie est un outil qui vous permet de constituer votre épargne de projet et de placement (Bourse, SCPI…) très facilement, tout en profitant d’une fiscalité avantageuse.  Nous développerons ce point plus bas !

Ouvrez un livret bancaire pour votre épargne de précaution

Le livret bancaire est un placement sans risque, disponible à tout moment (un simple virement permet de récupérer les fonds) et qui offre une rémunération garantie. Il est donc parfait pour accueillir votre épargne de précaution !

Comme nous l’avons expliqué dans notre article dédié, il existe 2 livrets bancaires :

1/ Les livrets réglementés dont les conditions (rémunération, éligibilité, etc.) sont fixées régulièrement par l’Etat, et sont donc identiques dans toutes les banques. Ils sont néanmoins limités à un par personne et ne peuvent dépasser un certain plafond. Les principaux livrets sont le LIvret A, le Livret de Développement Durable (LDD) et le Livret d’Epargne Populaire (LEP)

2/ Les livrets non réglementés, également appelés « Super Livrets », dont les conditions ne sont pas fixées par l’Etat et peuvent donc varier d’une banque à l’autre. Les taux d’intérêts sont généralement proches de ceux du Livret A et du LDD, mais les banques en ligne n’hésitent pas à proposer des taux bonus valables plusieurs mois et des offres de bienvenue, ce qui permet d’obtenir un rendement intéressant ! Notez toutefois que ces livrets sont soumis aux cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu, ce qui impacte négativement leur rendement.

Les livrets A, les LDD et les super livrets sont disponibles chez toutes les banques en ligne. Les taux et offres promos des supers livrets sont un critère de sélection, mais pas seulement : nous vous recommandons de choisir la banque qui propose également les meilleurs frais bancaires, une offre bancaire complète et un service client de qualité !

Pour vous aider, nous avons réalisé un comparateur des meilleures offres de livrets bancaires, dont voici le résultat :

Taux d’intérêt
Offre promo
Information
1
+0,4%
120€
2
+0,3%
120€ + 3% pendant 2 mois
3
+0,3%
80€ jusqu’au 20 décembre 2017

Les supports d’investissement moyen et long terme

Voici les meilleurs placements qui, selon nous, vous permettrons de dynamiser et diversifier au mieux votre épargne de moyen et long terme : les marchés financiers, les SCPI et le crowdfunding.

Investir en Bourse

Si vous avez une affinité pour le trading et prenez le temps de suivre l’actualité boursière, placer votre argent en bourse est un bon moyen de dynamiser votre épargne.

Mais pour pouvoir boursicoter, il faut passer par un courtier. Avant de faire votre choix, jetez un œil sur  :

  • Les frais de courtage, qui peuvent être du simple au triple !
  • L’accès aux marchés internationaux. En effet, certains courtiers se limitent aux titres français, d’autres à l’Europe… privilégiez ceux qui proposent à minima l’accès aux marchés européens et américains !

Nous avons comparé de nombreux courtiers, dont voici ceux qui nous apparaissent comme les meilleurs :

Enveloppes fiscales
Ordre moyen
Offre
Information
1
PEA, PEA-PME, Compte Titres
2,50€/ordre
80€ offerts 1000€ de frais de courtage remboursés
2
PEA, PEA-PME, Compte Titres
2,50€/ordre
0€ de frais de courtage jusqu'à 1000€

Investir dans l’immobilier via les SCPI

L’investissement immobilier est un placement privilégié par les français, mais reste difficilement accessible compte tenu des prix élevés, surtout dans les grandes villes. Si vous tenez à diversifier votre épargne dans l’immobilier, les SCPI sont une excellente alternative, puisqu’elles vous permettent de devenir co-propriétaire d’un patrimoine immobilier locatif avec un apport limité.

Voici 2 SCPI qui ont particulièrement bien performé sur l’année 2016 :

Capitalisation
Rendement 2016
Information
1
925 M€
+6,45%
2
29 M€
+6,13%/ordre

Soutenir des PME avec le crowdfunding

Vous voulez donner du sens à votre épargne en finançant des projets qui vous tiennent à cœur ? Vous trouverez sûrement votre bonheur avec le crowdfunding, qui propose 2 types de placement intéressants :

  • Le crowdequity qui permet d’investir au capital des start-ups et des entreprises
  • Le crowdlending si vous préférez prêter de l’argent à des entreprises

Si vous hésitez entre ces deux placements, notre article qui explique les principales différences entre le crowdequity et le crowdlending  vous sera sûrement utile !

Voici les plateformes que nous vous recommandons :

Type d’investissement
Information
1
Crowldlending
2
Crowdequity

L’assurance-vie, le couteau-suisse de l’épargne

Il existe plusieurs manières d’investir dans les supports moyen/long terme que nous avons présenté. Vous aurez généralement le choix entre l’investissement en direct, ou passer par une enveloppe tels qu’un compte-titre, un PEA ou une assurance-vie.

Parmi ces enveloppes, l’assurance-vie est assurément la plus populaire auprès des français. Et pour cause : elle offre une grande flexibilité et une fiscalité avantageuse, comme nous l’avions relevé dans un précédent article.

L’impact de l’enveloppe fiscale

L’assurance-vie est soumise à un régime fiscal très avantageux lorsque vous souhaitez récupérer votre capital :

  • En cas de rachat total ou partiel, le capital placé n’est pas taxé : seuls les intérêts et les plus-values peuvent être fiscalisés ;
  • La fiscalité est dégressive avec le temps, et devient optimale au bout de 8 ans.

Vous avez le choix entre 2 impositions des plus-values : les intégrer dans votre déclaration d’IR ou préférer le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL). Quel que soit le taux, il faut ajouter à cela les prélèvements sociaux de 15,5%.

L’assurance-vie vous permet de bénéficier d’une fiscalité bien plus avantageuse que le régime de droit commun !

L’assurance-vie permet de tout faire

Le capital versé sur votre contrat d’assurance-vie est placé sur divers supports plus ou moins rémunérateurs, parmi lesquels :

Des fonds euros : ce sont des supports sans risque mais qui ne rapportent guère que quelques pourcents chaque année ; le rendement moyen des fonds euro était ainsi de +1,8% en 2016. Il existe toutefois des fonds euros plus dynamiques qui affichent souvent des performances supérieures à 3% !

Des unités de compte (UC) : ce sont des supports plus risqués mais plus rentables que les fonds euros. Il peut s’agir :

  • Des parts de fonds de placement (fonds d’actions, fonds obligataire…)
  • Des parts de SCPI
  • Des actions en direct
  • Des trackers (ou ETF)

 

L’assurance-vie est un véritable couteau-suisse de l’épargne, dans la mesure où vous choisissez la répartition de votre capital dans les différents supports en fonction de vos projets et de votre sensibilité au risque. Ainsi, nous pouvons prendre pour exemple :

  • Un épargnant très craintif qui ne veut aucun risque placera tout son capital sur du fonds euros ;
  • Une personne qui souhaite doper son rendement mais conserver une approche prudente pourrait affecter 70/80% de son épargne sur un fonds euros dynamique et 20/30% sur des UC de bonnes factures et profilés « prudents » ;
  • Un jeune actif qui souhaite dynamiser un maximum son épargne dans le but d’acquérir un appartement dans 10 ans pourrait placer 60/70% sur des UC dynamiques et 40/30% sur un fonds euro.

Gestion libre ou gestion sous mandat ?

Il est possible de gérer vous-même votre contrat d’assurance-vie (c’est la gestion libre) ou de déléguer cette tâche à un professionnel (c’est la gestion sous mandat ou déléguée).

La gestion libre est recommandée :

  • Aux épargnants qui dispose d’une bonne culture financière et qui souhaitent garder la main sur la gestion de leur épargne
  • A ceux qui ne veulent prendre aucun risque et placer l’intégralité (ou presque) du capital sur un fonds euro. Dans ce cas, inutile de faire appel à un professionnel puisqu’il n’y a pas grand-chose à gérer et vous paierez des frais pour rien…

Si vous optez pour la gestion libre, nous vous recommandons de bien vérifier les points suivants avant de jeter votre dévolu sur un contrat :

1/ Assurez-vous de la qualité des supports disponibles. Jetez un œil sur les rendements des fonds euros (un taux supérieur à +2% sur l’année 2016 nous parait convenable). Concernant les unités de compte, l’assureur devrait vous en proposer un nombre suffisant (au moins une centaine, avec de préférence quelques SCPI et ETF).

2/ Choisissez un contrat à frais réduits. Aujourd’hui, les assurances-vie en ligne bousculent le marché en affichant des tarifs très bas pour une qualité de service comparable. Fuyez les assurances-vie qui présentent des frais d’entrée et de sortie !

3/ Renseignez-vous bien sur les contraintes. Certains assureurs peuvent par exemple vous contraindre à affecter une partie de votre épargne dans des UC !

Pour vous faciliter la tâche, nous avons étudié près de 60 contrats et avons sélectionné ceux qui nous semblaient les plus intéressants. Voici les 3 assurances-vie que nous considérons les meilleures :

Assureur
Perf. Euros 2016
Points forts
Information
1
Suravenir
+3.1%
Fonds Euros - 0 frais - 557 UC
2
Suravenir
+3.1%
Fonds Euros - 0 frais - 300 UC

La gestion sous mandat est recommandée:

A ceux qui n’ont pas l’éducation financière suffisante pour gérer seuls leur épargne. En effet, le gérant s’occupe de placer votre argent en fonction de votre profil de risque (qu’il détermine en vous posant une série de questions) et de l’évolution des marchés. Vous n’avez rien à faire !

Nous vous recommandons de vérifier les points suivants avant de choisir votre gérant :

1/ Assurez-vous qu’il dispose d’un nombre important d’unités de compte et suffisamment diversifiés (au moins une centaine, parmi lesquels des SCPI ou des ETF). Le gérant doit en effet avoir un choix de support suffisamment large pour appliquer les meilleures stratégies.

2/ Préférez les gérants qui appliquent des frais de gestion réduits. Evitez notamment ceux qui facturent des frais d’entrée et des frais d’arbitrage en ligne. Selon nous, les frais de gestion sur UC et les frais de mandat de gestion ne devraient pas excéder 1%/an.

3/ Jaugez la qualité de la gestion en jetant un œil sur les performances passées, notamment sur les profils qui vous conviendraient. Attention : certains gérants qui n’ont pas bien performé sont tentés de maintenir une opacité sur leurs performances. Méfiez-vous donc de ceux qui n’actualisent pas leurs performances, voire qui ne les publient pas du tout ! (à l’exception des offres récemment commercialisées, qui ont l’obligation légale d’attendre 12 mois d’historique avant de publier leurs résultats).

Nous avons étudié plus de 50 contrats dans le but de sélectionner les meilleures offres. Et le résultat est sans appel : les robo advisors (des gérants de portefeuille nouvelle génération comme nous l’expliquons dans notre article dédié) proposent à ce jour les meilleures offres de gestion sous mandat ; car ils sont non seulement moins chers mais ont aussi dégagé d’excellentes performances depuis leurs lancements !

Voici les meilleurs contrats en Gestion sous mandat :

Assureur
Perf. Equilibré 2016
Points forts
Information
1
Suravenir
+8,69%
ETF - 0 frais - Performances
2
Suravenir
+7,2%
ETF - 0 frais - Performances