Êtes-vous prêt à changer de banque pour que votre argent ne finance que des projets écologiques ? C’est la promesse d’Hélios, la première « éco-banque » qui assure que l’argent de ses clients ne sera pas utilisé pour financer des entreprises polluantes, mais au contraire pour protéger la planète et aller vers une transition écologique.
Aujourd’hui, la préservation de l’environnement devient une des préoccupations les plus importantes des français. Et l’argent qui dors sur nos comptes finance, sans qu’on le sache forcément, les énergies fossiles, et a souvent un impact encore plus mauvais que notre consommation courante ! Alors comment remédier à cela ? Selon une étude réalisée en juin par OpinionWay, « 69% des Français se disent prêts à changer de banque pour être certains que leur argent soit utilisé dans le respect de l’environnement ». Et depuis quelques jours, une nouvelle néobanque répond à ce désir : il s’agit d’Helios, une « éco-banque » comme on peut l’appeler, la première du genre à se lancer en France. Son compte bancaire qui ne nuit pas à l’environnement ni ne contribue au réchauffement climatique est désormais disponible au grand public, associé à une carte bancaire en bois issu de forêts autrichiennes gérées durablement.

Une néobanque bonne pour l’environnement

Julia Menayas, la confondatrice de la néobanque verte, avec Maeva Courtois, explique : « Cela fait un an que nous travaillons au développement du système, cela a demandé beaucoup de travail et nous pouvons maintenant ouvrir les premiers comptes », au média Novethic. « Il y a dix ans, les banques en ligne ont fait la révolution digitale des services bancaires, aujourd’hui c’est le moment de faire leur révolution écologique », résume la fondatrice. En résumé, l’éco-banque se veut responsable, transparente, et surtout engagée pour un monde plus vert.

Helios promet ainsi à ses clients que leurs comptes en banque ne sont pas nuisibles pour l’environnement et ne contribuent pas au réchauffement climatique. Pour cela, la néobanque est en partenariat avec SolarisBank, qui s’occupe d’héberger les dépôts bancaires, mais les sépare de son propre bilan. Ainsi, l’argent des client d’Helios peut être utilisé pour financer des projets écoresponsables. Mais en plus de votre épargne, les commissions d’interchange (que les banques touchent à chaque paiement par carte), sont mises elles aussi à contribution. En effet, un petit pourcentage de ces commissions sera investi dans la transition vers une énergie renouvelable. Lors du test de la version bêta, Helios a déjà investie dans le financement d’une centrale solaire en Nouvelle Calédonie développée par Akuo Énergie.

Une offre unique à 6€/mois

Si Helios est une néobanque, elle a pris le parti de proposer un conseiller dédié à chacun de ses clients, à l’image de monabanq. Elle est donc payante, d’autant plus que la fintech souhaite garder son indépendance – et cela a un coût ! Ainsi, pour 6€/mois, Helios propose les services suivants :

  • Un compte courant durable,
  • Un RIB avec un IBAN/BIC,
  • Les paiements en zone euro, virements et prélèvements en zone SEPA illimités
  • Cinq retraits en zone euro en DAB (retrait supplémentaire à 0,85 €)
  • Une application sécurisée et épurée,
  • Une carte en bois sans contact à débit immédiat Visa Classic avec plafonds ajustables,
  • Une carte virtuelle pour tous les paiements sur Internet,
  • Un conseiller dédié et disponible à tout moment par tchat ou appel

Avant sa commercialisation, le compte Helios a été testé par une centaine de volontaires appelés “bêta-testeurs”, qui ont aidé les fondateurs à s’assurer que l’application soit fonctionnelle pour sa sortie. Avec sa formule éco-responsable qui répond à une grande demande, la néobanque verte espère convaincre 10 000 clients d’ici l’été 2021. Déjà 14 000 personnes se sont préinscrites sur le site internet d’Helios !