Yomoni et WeSave sont les deux fintechs les plus en vue lorsque l’on parle de gestion sous mandat d’assurance-vie ! Les deux acteurs proposent une gestion déléguée 100% ETF innovante, tant sur le plan technologique que commercial, souvent qualifiée de Robo-Advisor. Découvrons ensemble les points communs et les différences entre les deux start-ups mais surtout un comparatif de leurs performances respectives… c’est pour ça que vous êtes là, non?

Fiche d’identité des deux fintechs

A ma gauche, Yomoni, créée en 2014 par Mourtaza Asas-Syed (responsable des investissements) et Laurent Girard (directeur des opérations) rejoint ensuite par Sébastien d’Ornano (président).

Tous trois ont évolué dans les secteurs de la gestion d’actifs avant de se lancer dans l’entrepreneuriat. La société est épaulée par le Crédit Mutuel Arkéa et IENA Ventures qui financent son développement.

Le robo-advisor revendique près de 3000 clients et environ 20m€ sous gestion.

A ma droite, WeSave, créée en 2014 également, par Jonathan Herscovici et Zakaria Laguel. Le premier a notamment exercé chez Lyxor Asset Management alors que le second faisait de la recherche en mathématiques appliquées.

La fintech est soutenue par AMUNDI, leader européen de la gestion d’actifs.

La start-up n’a pas encore communiqué sur le nombre de clients ou sur les encours.

Les points communs entre Yomoni et WeSave

Une gestion profilée d’assurance-vie

Les deux robo-advisors proposent de gérer votre épargne dans le cadre d’un mandat de gestion. Cela signifie que c’est eux qui seront en charge de gérer vos avoirs et de réaliser des arbitrages en votre nom (autrement dit vous n’avez rien à faire !).

Tous deux proposent 10 profils de risque allant du plus défensif (Profil 1), qui sera totalement  investi sur des produits à faible risque (fonds en euros notamment), au plus offensif (Profil 10), qui sera totalement investi sur des supports dynamiques.

Si le choix des allocations d’actifs par profil peut varier entre les deux fintechs, la logique est strictement similaire, offrir une gestion adaptée au profil de chacun ! Comme régulièrement sur ce blog, nous vous conseillons d’opter pour un profil 3 à minima car :

  • Si tous vos actifs sont placés sur un fonds euros, vous ne bénéficierez pas de la valeur ajoutée du gérant. En effet, sans placements en unités de compte (UC) la capacité d’arbitrage est limitée (autant choisir une assurance-vie en gestion libre dotée du meilleur fonds euros)
  • En période de baisse des taux et alors que la moyenne des rendements des fonds euros est passée sous les 2%, allouer à minima 20-30% à des placements plus dynamiques permettra d’aller chercher un meilleur rendement à moyen ou long terme

Une préférence pour les ETF

Yomoni et Wesave ont tous deux opter pour une gestion 100% ETF (Exchange Traded Funds) à l’exception du fonds en euro, évidemment. Les ETF sont des produits financiers qui permettent de reproduire la performance d’un indice sous-jacent. Par exemple, un ETF CAC 40, reproduira l’évolution du CAC 40 sans que vous ayez à acheter toutes les actions composant le CAC 40.

Ces produits connaissent un très fort engouement ces dernières années car contrairement à des fonds actifs traditionnels, ils cotent en continu, ne possèdent pas de frais d’entrée ni de sortie et prélèvent des frais de gestion de 0,2-0,3% par an contre 2-3% pour les fonds actifs !

Evidemment, ces économies de frais se retrouvent dans la performance de votre portefeuille !

Des frais de gestion modérés

Les deux acteurs présentent des frais de gestion de maximum 1,6%/an qui intègrent :

  • 0,6% de frais liés à l’enveloppe fiscale (assurance-vie, PEA, etc)
  • 0,7% de frais de mandat de gestion (qui rémunèrent le gérant)
  • 0,3% max. de frais sur ETF

A noter toutefois une légère différence sur ce point ! Yomoni facturera les 0,7% de frais de mandat uniquement sur vos avoirs placés en ETF (et pas sur le fonds euros) alors que WeSave vous prélèvera 1,6% sur l’ensemble de votre portefeuille.

ATTENTION ! Si vous désirez comparer ces frais de gestion avec d’autres contrats plus traditionnels, prenez garde, les frais affichés n’intégreront pas le coût des OPCVM sous-jacents. Ainsi vous retrouverez souvent des frais de gestion de 0,6-0,9%/an auxquels il faudra ajouter les frais sur OPCVM de 2-3% par an !

Une interface moderne et des contrats 100% en ligne

Sans discuter les goûts et les couleurs, nous pouvons affirmer que les deux fintechs offrent des interfaces de souscription, simulation et de suivi de premier ordre. Le design est épuré, l’utilisation naturelle… et la souscription 100% en ligne.

Houra ! Fini les piles de papier à signer et à renvoyer par courrier avec des dizaines de justificatifs.

Les différences entre Yomoni et WeSave

Contrat d’assurance vie individuel versus collectif

Il s’agit là d’une différence technique. La plupart des contrats d’assurance-vie sont collectifs ce qui signifie que les conditions, tarifaires notamment, sont susceptibles d’évoluer au cours du temps. Ainsi Boursorama a augmenté les frais de gestion de son fonds euros Eurossima de 0,6 à 0,75% en fin d’année dernière.

WeSave a opté pour un contrat individuel ce qui garantie que vos conditions tarifaires ne pourront être modifiées pendant toute la durée de détention. Yomoni propose, pour sa part, un contrat collectif.

Des enveloppes fiscales différentes

Les deux fintechs proposent naturellement un contrat d’assurance-vie, fer de lance de leur offre.

Chez Yomoni vous pourrez également investir dans le cadre d’un compte titres ou d’un PEA. WeSave pour sa part se concentre sur l’assurance-vie et propose un contrat de capitalisation, particulièrement apprécié des personnes désireuses d’investir via une société.

Positionnement grand public versus sélectif

Il s’agit là de marketing ! L’ossature technologique ainsi que la qualité des équipes de gestion sont équivalentes chez les deux robo-advisors.

Yomoni s’est dès le départ adressé au grand public en offrant un contrat accessible dès 1 000€ et en mettant en place une communication grand public (notamment les memes du métro parisien qui avaient fait du bruit) .

WeSave se veut un peu plus élitiste avec un ticket d’entrée fixé initialement à 10 000€, la mise à disposition de conseillers en gestion de patrimoine et le récent développement de WeLearn, un agrégateur de données financières offert par WeSave à ses plus gros clients afin de les conseiller sur l’allocation globale de leur patrimoine comme le ferait un gestionnaire de patrimoine.

Nous modérons notre propos sur le ticket d’entrée de WeSave qui propose de souscrire à partir de 500€ avec notre code promo JELWESAVE.

 

Performances – Qui offre les meilleurs rendements ?

L’importance de la période de référence

Tout est là ! Une gestion sous mandat se doit avant tout d’être performante. Alors comparons les performances par profil des deux robo-advisors sur une période identique.

On en profite pour vous rappeler que si vous désirez comparer les rendements de contrats d’assurance-vie, prenez garde à toujours valider la construction des données (avec ou sans frais, rendement capitalisé ou pas, etc) et la période de référence. Les marchés évoluant parfois violemment, les dates de comparaison doivent donc absolument être les mêmes afin que la comparaison soit valide (pas toujours évident…).

Notre dernière mise à jour date du 17 Juillet 2017 et les performances des deux acteurs sont comparés sur 12 mois, du 30/06/2016 au 30/06/2017. Prochaine mise à jour en début d’année prochaine !

La performance, une mesure du rendement pondérée par le risque

Sur les illustrations ci-après vous pourrez observer :

  • Le rendement par profil réalisé par les deux acteurs sur 1 an
  • Le ratio de Sharpe par profil (en orange) – Une mesure du rendement pondéré par le risque du portefeuille (volatilité). Il permet de mesurer l’efficacité de la gestion sur un profil donné en mesurant le gain de rendement obtenu par une prise de risque supplémentaire. On considère que si le ratio est supérieur à 1, la prise de risque est bénéfique. Plus ce ratio est élevé, meilleur est le ratio risque/rendement.
  • Le maximum Drawdown ou perte maximale en français (en gris) – Il permet de vous renseigner sur la perte maximale que vous auriez pu enregistrer si vous aviez souscrit votre contrat au point le plus haut de l’année et vous aviez vendu au point le plus bas. Cette mesure est exprimée en %.

Pourquoi le risque est aussi important que rendement (sinon plus…)

Dans un contexte de marché haussier, un portefeuille volatile pourra enregistrer de très beaux rendements cependant attention au retournement de marché ! En effet, l’effet s’inversera et votre portefeuille perdra beaucoup de valeur.

Ainsi les gérants doivent arbitrer le niveau de risque de manière à garantir une performance la plus pérenne possible à leurs clients. Il est donc primordial d’analyser les rendements affichés à la lumière des risques pris afin d’obtenir une véritable mesure de la performance.

Je termine sur une question rhétorique posée par Jonathan Herscovici, le président de WeSave « Le Bitcoin a fait + 1500% depuis le début de l’année. Est-ce pour autant un placement performant ? ».  Nous vous laissons faire vos recherches…

Performance des profils défensifs à modéré

Point méthodologique : les profils 1 à 4 intègrent, chez les deux acteurs, une part significative de fonds euros. Or la performance 2017 du fonds Suravenir Rendement utilisé par les deux fintechs, ne sera connue… qu’en 2018 ! Afin de présenter des performances réalistes, nous avons considéré que le fonds maintiendrait son taux de rendement de 2,3% (2016) sur la période.

Sur les profils 1 à 4, c’est une nouvelle fois Yomoni qui remporte le duel. Les trois premiers profils sont clairement supérieurs, sans doute grâce à une affectation plus importante en fonds euros, les produits de taux équivalents ayant sous-performé sur la période.

Les ratios de Sharpe de Yomoni sont également meilleurs sur les profils 1-3, Wesave se rattrape cependant sur son profil 4 qui présente notamment une perte maximum (max Drawdown) de seulement 1.64% pour 2.68% de rendement.

Performance des profils équilibrés à dynamiques

Sur les profils équilibrés à offensif (p 7), c’est WeSave qui reprend la main en affichant jusqu’à +3% de rendement sur le profil 7 !

Les ratios de Sharpe et les maximums drawdown sont également clairement en faveur de WeSave qui a manifestement fait preuve d’une excellente gestion sur la période, bravo !

A noter le commentaire de Mourtaza, co-fondateur et directeur de la gestion chez Yomoni :

Depuis exactement 12 mois, il y a eu une très forte performance relative des actions relativement aux obligations de long-terme qui sont au coeur stratégique de nos portefeuilles diversifiés (P5-P6).

Notre recherche de diversification vise à réduire les fortes amplitudes d’une détention d’actions, pas forcément la volatilité à court-terme, tout en apportant un rendement supérieur au monétaire sur longues périodes, ce qui est le cas de la « duration ». Les obligations gouvernementales de long-terme (i.e. forte duration), surperforment le monétaire et quasiment toutes les catégories d’obligations sur longues périodes, tout en apportant de l’anti-corrélation aux actions. L’inconvénient c’est qu’elles peuvent souffrir à court-terme. En particulier le cycle « reflationiste » récent n’est pas porteur pour ce type d’actifs qui avaient très bien performé sur les 12 mois précédents en phase « déflationiste ». Ce sont eux qui nous avaient permis d’avoir un drawdown Nov’15-Fev’16 moitié inférieur au benchmark ou au concurrents à la mi-fev.

 Performance des profils offensifs

Sur le meilleur rendement, Yomoni devance WeSave et affiche un beau +14.4% sur son profil 10 ! Wesave se défend cependant très bien et devance Yomoni sur les profils 8 et 9 !

Niveau risque, c’est Wesave qui s’impose en affichant à la fois de meilleurs ratios de Sharpe et pertes maximales plus faibles. WeSave a donc su combiner maîtrise du risque et rendement !

A noter le commentaire de Jonathan Herscovici, Co-fondateur et Président de WeSave :

Notre gestion est d’abord construite dans une logique de préservation du capital. Les clients ne supportent pas perdre de l’argent, même sur les profils les plus agressifs. C’est la raison pour laquelle le pilotage du risque (la volatilité) des portefeuilles est optimisé grâce à notre technologie de pointe lauréate du Concours Mondial d’Innovation. Une bonne gestion ne se mesure pas uniquement sur la performance mais principalement sur le ratio Performance / Volatilité (ou ratio de Sharpe) et sur le maximum de perte. Par exemple, sur le profil le plus risqué de la gamme WeSave, nous avons obtenu une performance de 11,7% sur 12 mois avec une perte maximale (Max Drawdown) de 3,4%, ce qui est excellent et surtout meilleur que la concurrence.

WeSave s’impose donc sur les profils offensifs du 30/06/2016 au 30/06/2017 !

Nous vous rappelons tout de même que les profils offensifs sont plus volatils que les autres et peuvent enregistrer de fortes baisses et/ou fluctuations dans le temps. Si vous investissez de manière régulière et sur un horizon supérieur à 5 ans (épargne long terme ou retraite notamment), n’hésitez pas ! Fractionner son épargne entre deux profils peut également être une bonne manière de profiter des profils offensifs.

De manière générale, lorsque votre horizon de sortie s’approche (<2 ans), gardez un oeil sur la bourse et n’hésitez pas à ré-allouer vos avoirs placés sur des profils 8 à 10 vers des profils 2 à 4 afin de sécuriser vos gains et ne pas (trop) subir un marché baissier au moment de votre sortie.

Des allocations d’actifs différentes

Les allocations par profil diffèrent entre les deux gérants. On notera qu’en général Yomoni intègre une plus forte proportion de fonds euros sur les profils défensifs. WeSave intègre 17% d’actions dès le profil 2 et le fonds euros ne représente que 50% du portefeuille. Attention aux conclusions hâtives cependant, WeSave intègre également 29% d’obligations contre 10% pour Yomoni (placements certainement similaires au fonds euros).

Inversement, Yomoni placera votre épargne 100% en UC à partir du profil 6 alors que WeSave allouera encore 24% des actifs au fonds en euros.

Sur les profils offensifs, Yomoni s’expose plus aux actions que WeSave (78 vs 65%) qui préfère les obligations. Encore une fois, difficile de conclure, toutes les actions ne sont pas fortement risquées et inversement, toutes les obligations ne sont pas sans risque !

On peut simplement constater une approche différente dans la stratégie d’allocation, voyons maintenant ce que ça donne niveau rendement !

Conclusion

Dans notre première mouture de notre comparatif nous avions conclu sur un statu-quo. Les dernières performances fournies par les acteurs offrent cette fois la victoire à WeSave qui a su maîtriser risque et rendement à la perfection !

Yomoni est meilleur sur les profis 1 à 4 en offrant des rendements légèrement supérieurs et une volatilité faible.

WeSave s’illustre pour sa part sur les profils équilibrés à offensif (5-10) avec de bons rendements et une excellente gestion du risque !

Cela pourrait naturellement évoluer dans le temps et nous ne manquerons pas de mettre à jour ce duel à la lumière des performances réalisées à fin 2017 !

Notez par ailleurs que les deux offres promotionnelles sont accessibles en ce moment, j’ai pour ma part choisi d’ouvrir une assurance-vie… chez les 2 ! De cette manière vous pourrez en plus bénéficier des deux offres promo ci dessous !

Jusqu’à 200€ offerts si vous ouvrez un contrat avec nos codes promo !