Vous êtes jeunes, vous venez de terminer vos études et vous débutez votre carrière professionnelle ? Si vous avez la chance qu’il vous reste de quoi épargner après avoir payé vos premiers impôts sur le revenu et/ou remboursé votre emprunt étudiant alors il est temps d’adopter une véritable stratégie d’épargne.

Premier impératif, constituer une épargne de précaution

Vous êtes en CDI et vous vous sentez protégé ? Attention, vous ne savez pas de quoi demain est fait et vous pourriez brusquement avoir envie de changer de voie ou devoir faire face à des dépenses imprévues. Notre premier conseil est de constituer une épargne de précaution qui permettra de surmonter les petits aléas de la vie.

On considère en général que l’épargne de précaution correspond à 3 à 6 mois de salaire. Afin de la constituer essayer de vous astreindre à verser 20% de votre salaire mensuel nets d’impôts (anticipez toujours les impôts !). Ainsi si vous gagnez 2000€ nets mensuels, votre charge d’impôts sera d’environ 1800€ soit un revenu mensuel net d’impôts d’environ 1850€. Dans ce cas vous devriez placer 370€ par mois. Il vous faudra donc entre 15 et 30 mois pour constituer votre matelas de sécurité.

Cet effort n’est pas vain, il pourra vous éviter bien des galères ! Nous vous recommandons de mettre en place un virement automatique vers un compte épargne de votre choix afin d’automatiser votre épargne. Si malgré tout, vous dérogez à votre règle d’épargne car vous avez un peu craqué aux soldes ou sur des vacances au soleil, tentez de rectifier le tir si vous avez la chance de percevoir des primes ou bonus.

Quels supports pour une épargne de précaution ? Cette épargne doit être disponible à tout moment il est donc préférable d’opter pour un produit de placement liquide (retirable en tout temps) et sans risque. Les livrets d’épargnes, réglementés ou non, rempliront parfaitement cette mission !

Financer votre projet immobilier dans un second temps !

Si comme la majorité des français vous rêvez de devenir propriétaire de votre logement, il va falloir préparer au mieux cette acquisition. En effet, si vous désirez vous offrir le logement de vos rêves, il vous faudra très certainement un apport financier qui viendra s’ajouter au crédit immobilier que vous aurez souscrit.

En effet, avec un salaire de 3000€ nets mensuels, seul ou en couple, votre capacité d’emprunt avoisinera les 200 000€ sur vingt ans si vous bénéficiez des meilleures conditions de marché. Si ce montant peut permettre d’acquérir une maison ou un T3 à minima dans la plupart des villes françaises, cela sera un peu court pour Paris où vous pourrez vous offrir… un beau studio !

Ce premier point est important car la première erreur à éviter est d’acheter pour une période trop courte ! On considère en général qu’il faut 6 ans pour rentabiliser un achat par rapport à une location afin d’amortir l’ensemble des frais fixes (notaire et banque notamment). A noter que cette durée varie sensiblement selon la ville, ainsi il vous faudra 3 à 4 ans pour rentabiliser un achat à Strasbourg, Clermont Ferrand ou Marseille alors qu’il vous faudra plus de 10 ans à Paris ! Nous déconseillons donc l’acquisition d’un studio à Paris, sauf si vous concevez de vivre dedans pour les 10 prochaines années !

Au contraire, si votre budget vous permet d’acquérir un bien dans lequel vous pensez pouvoir rester à moyen terme, foncez. L’immobilier est un bon placement qui a le mérite d’être contraignant, vous devez rembourser votre emprunt quoi qu’il arrive. Un premier achat est un bon tremplin pour vous permettra à terme d’acheter un bien de gamme supérieure. Ainsi, si nous avons déconseillé l’achat du studio parisien, nous conseillons également de ne pas viser tout de suite la villa de 200m2 avec piscine où l’on rêve de passer sa retraite.

Si vous n’achetez pas tout de suite, astreignez-vous à placer le surplus d’argent dégagé par la location de votre logement. Ainsi si vous louez un appartement 500€ et que vous avez calculé que ce même appartement vous couterait 800€ par mois si vous l’aviez acheté, alors placez les 300€ sur un support d’épargne afin de constituer un apport. Le vrai piège serait de ne pas placer ce surplus car vous serez toujours confronté au même problème d’apport dans 10 ans !

Quels supports pour financer mon apport ? L’horizon d’investissement étant en général compris entre 5 et 10 ans, nous vous conseillons de placer cet argent sur un contrat d’assurance vie au profil équilibré. Cela vous permettra de bénéficier d’une fiscalité privilégiée sur les intérêts et de profiter de rendements intéressants, 4 à 6% annuels pour un profil équilibré sur un contrat performant.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce support, consultez notre article : pourquoi  souscrire une assurance-vie ?

Profitez des dispositifs d’épargne salariale offerts par votre société

Toutes les sociétés de plus de 50 salariés sont tenues d’offrir une participation aux bénéfices de l’entreprise à leurs salariés. Vous pourrez choisir de vous faire payer cette participation immédiatement ou de la placer chez un gestionnaire d’actifs. Nous vous conseillons de placer l’argent chez le gestionnaire afin de bénéficier de l’exonération d’impôt au bout de 5 ans… et de faire fructifier vos avoirs.  Plusieurs fonds vous seront proposés pour placer votre participation, répartissez la mise sur plusieurs fonds de manière à obtenir un profil équilibré (indices de risque compris entre 2 et 6).

Des programmes d’épargne complémentaires peuvent vous être offerts notamment dans les grands groupes. L’abondement est par exemple un excellent moyen de doper votre épargne, à chaque fois que vous placerez 1€ sur le Plan d’Epargne Entreprise (PEE), l’entreprise doublera voire triplera ce montant (avec des plafonds bien entendu). Tripler sa mise dès la première année sans risque ? Vous ne trouverez aucun placement aussi intéressant (en restant dans la légalité bien sûr). Comme la participation, vous devrez conserver vos placements pendant 5 ans.

A noter que des cas de déblocage anticipé sans pénalité sont prévus par la loi et notamment : mariage/divorce, naissance, rupture du contrat de travail et l’acquisition de sa résidence principale.

Peut-être le temps de changer de banque ?

Afin de mener à bien cette stratégie d’épargne nous vous suggérons de sélectionner un établissement bancaire qui vous proposera des supports de placements intéressants. Oubliez les réseaux traditionnels qui vous proposeront des assurances vie peu performantes avec des frais astronomiques. Les produits les plus performants se trouvent en ligne !

Les banques en ligne présentent d’autres avantages, leurs frais de gestion et de carte bancaire sont souvent nuls ! Elles disposent également d’interface mobile/web ergonomiques vous permettant de gérer vos comptes simplement. Le service client n’est pas en reste avec des modes de communication variés (téléphone, mail, chat et même réseaux sociaux pour certaines) sur des plages horaires élargies. Plus besoin de courir après son conseiller qui ne répond pas à vos mails ou dont l’agence ferme à 16h30 !